decal

fondTitrePrésentation générale de la région

vignette-exte-769-rieur06.jpg

vignette-vue-fene-770-tre.jpg

vignette-pont.jpg

L’ Ardèche et le pays ruomsois offrent à tous, sportifs ou contemplatifs, le plaisir d'une villégiature riche dans la diversité de ses loisirs : randonnée à pieds ou en VTT, escalade, spéléologie, sports équestres, sports nautiques, sports mécaniques (quad, 4x4), découverte du patrimoine culturel avec ses musées variés et ses villages de caractère qui s’animent tout au long de la semaine de marchés colorés et animés par les producteurs locaux qui vous feront découvrir avec passion les produits du terroir. 
Porte des défilés de l’Ardèche, Ruoms bénéficie d’une position privilégiée entre Aubenas (25 km au Nord) et Vallon-Pont-d’Arc (9 km au Sud).

Un peu d’histoire :

Après avoir peuplé les grottes et les collines environnantes, les hommes préhistoriques devenus agriculteurs ont investi la plaine de Ruoms. Les premiers vestiges de leur présence datent de 3500 à 3000 avant JC. Ils ont été découverts lors des travaux d'aménagement d’un parc de stationnement à l’ouest du village. Leur implantation au IVe siècle avant JC a été confirmée par la découverte de céramiques.

Ruoms prendrait ses racines dans les noms d’origine celte Rito ou Rigo magus ; rito magus (le champ du gué) car l'Ardèche était ici passée à gué ou rigo magus de la racine rig (homme riche) et magos (plaine ou marché agricole). Ce village existait donc bien avant l’arrivée des Romains. Il semble que le village gallo-romain ait connu son apogée au IIe siècle après JC. 

Le vieux Ruoms, dont nous vous recommandons la visite, s’est construit sur ces lieux, à partir de la fin du Xe siècle, autour d’un prieuré bénédictin dépendant de Cluny, dont l’importance devint exceptionnelle aux XIe et XIIe siècles. Le village s’appelait alors Rionis, il devint ensuite Riomis puis Ruomis au XIVe siècle et enfin Rioms qui est devenu Ruoms dès 1464.

Ruoms fut un prieuré clunisien pendant 800 ans dépendant directement de Rome et rattaché à l’abbaye Saint Saturnin du Port (ou Pont-Saint-Esprit), l’une des premières abbayes bénédictines construites dans le sud de la France. Le coeur de Ruoms se situe près de l’église et de la Chapelle Notre Dame des Pommiers.

Une première enceinte de fortification a été élevée protégeant ainsi le cimetière où les fidèles des paroisses avoisinantes venaient se faire enterrer. La construction de l’église romane se fera au XIIe siècle et de nouveaux remparts s’élèveront à la fin du XIVe siècle. L’enceinte formait un quadrilatère de cent mètres de côté. Elle comportait sept tours rondes (aujourd’hui il en reste six) et englobait le prieuré avec ses riches et puissants prieurs et les habitations. Le prieuré a perduré jusqu'à la Révolution française où, complètement ruiné, il a été vendu comme bien national.

Au cours des siècles, le bourg a connu naturellement de nombreuses influences et transformations. C’est à la période industrielle (XIXe siècle) que s’est créée la rue principale actuelle.

Ruoms a connu son heure de gloire grâce à sa pierre. De ses nombreuses carrières (encore exploitées dans les années 1960), on a extrait un calcaire de qualité qui a servi à l’édification de l’actuel pont d’Avignon, de la cathédrale de Gap, du théâtre de Montpellier ainsi que de nombreux ouvrages d’art sur la ligne ferroviaire Paris - Lyon - Marseille. Il y eut jusqu’à 500 tailleurs de pierre à la fin du XIXe siècle. Et comme ce travail devait particulièrement assoiffer, il y aura à Ruoms deux brasseries dont l’activité cessera en 1966. Aujourd’hui tout ceci est bien fini : le vin a remplacé la bière et c’est à Ruoms que s’est établie la plus grande coopérative vinicole d’Ardèche. Le centre historique de Ruoms abrite Vinimage, le musée-découverte des vins d’Ardèche et du travail de ses vignerons.
pied Villa Hugon - Chambres et Table d'hôtes | 73 Rue des Brasseries 07120 RUOMS | Tél : +33 4 75 36 75 72 | Port : +33 6 29 48 48 96 | Mentions légales | Plan d'accès | Contact pied
gites de france charmance